PÉRIODE DE JEU

1ER AMARIAS AU 1ER JERARIAS 1050

Défi du roi, défi du mois

« Bouffonneries et traits d'esprit, que vos récits en soient sertis. »

1 fois par sujet rp : une situation comique, une blague ou un jeu de mot. Mauvaises plaisanteries perpétrées par ton personnage, quiproquo, contrepèterie... sois inventif !




[RPFB] En or & en fusion.

avatar
Elaobë Bec-Sombre
« Poignard tranchant d'or & de joyaux »

Messages : 62
Date d'inscription : 01/04/2018
62 01/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Avr - 13:52

RPFB - 29 Solinas 1038

Il faisait bon dans les rues du Mont d’Or malgré les mois qui défilaient. Du haut de ses quatorze années, Elaobë suivait Joran les bras croisés, une expression mécontente (pour ne pas dire réticente) accroché sur son visage. Elle détestait ce genre de moment où son forgeron de père décidait tout à coup qu’elle devait se rendre présentable et l’entraînait à travers le village sans lui indiquer la raison de cette promenade.

Il fallait dire que, depuis qu’elle avait refusé de devenir son apprentie et s’était mise en tête de devenir sentinelle, leur échanges étaient devenus plus conflictuels. Joran peinait à accepter son choix, et l’adolescente s’était persuadée qu’il allait tout faire pour l’empêcher d’y parvenir. Même les efforts d’Alrick pour apaiser tout le monde ne portaient pas leurs fruits.

« Ela’, veux-tu bien ré-arranger ton bijou de tête ! »

Levant les yeux au ciel, la gamine s'exécuta sans un mot. Elle avait à peine enfilé une robe colorée et légère, que Joran lui avait passé un bijou doré sur le front, provenant du travail de son compagnon. Puis, sans lui laisser le temps de finir de s’arranger, il l’avait entrainé dans son sillage.

« Jandär, tu es là ? »

Voilà qu’il haussait la voix à l’entrée d’une maison qui était collée à une forge qu’Elaobë n’avait jamais visitée. Joran semblait soudain guilleret comme lorsqu’il partait la soirée à la taverne, tirant un regard intrigué à sa fille adoptive. S’avançant d’un pas, l’adolescente se pencha à côté de lui pour jeter un oeil à la maison. Qu’étaient-ils venu faire ici ?

« Ah, les voilà ! Son père se frotta les mains avec contentement. Jandär comment vas-tu, vieux frère ?! Voilà ta dernière recrue ? Interrogea-t-il de sa grosse voix, mais un sourire immense vissé sur le visage. »



« Je ne veux pas gagner ma vie, je l'ai. »
avatar
Yanelle Reflet-Opalin
« Modératrice fiche »

Messages : 92
Date d'inscription : 07/03/2018
92 07/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Avr - 16:46



Cela faisait seulement quelques jours que Yanelle découvrait le Mont d'Or et la vie qu'il faisait bon y mener. C'était une enfant agréable, souriante et extrêmement curieuse. Le fait de devoir tout "réapprendre" lui paraissait ludique, intrigant. Elle se faisait à la présence maladroite de Jandär, et faute d'autre chose, il incarnait déjà un repère important dans ce monde nouveau. Elle le suivait partout comme son ombre, et elle n'avait pas encore rencontré beaucoup d'autres Mondoriens.

La veille, malhabile, il avait voulu lui faire miroiter une journée spéciale, une journée qui devrait lui plaire. Mais tout pataud dans sa bienveillance, il avait fini par lui vendre la mèche en lui expliquant qu'ils recevraient la visite d'amis à lui.

Le lendemain, il distillait, comme une nécessité, des conseils, des indications, dans laquelle poignait une forme d'anxiété que la jeune fille ne comprenait pas tellement. Mais elle comprenait son désir de bien faire, alors elle intégrait ses paroles du mieux possible : il faudra que tu sois souriante, et présente-toi aussi, et je crois qu'il serait plus convenable que tu portes une robe ou quelque chose comme ça. Il s’empêtrait lui même dans des codes qu'il maîtrisait mal.

Finalement une voix traversa leur petite maisonnée. Elle n'avait pas eu le cœur à troquer ses braies en coton, si confortables, pour une robe encombrante.

- Allons, viens, nous allons les rejoindre. Ne sois pas timide, c'est un vieil ami, et tu devrais bien t'entendre avec sa fille, vous avez sensiblement le même âge.

Elle prit sa suite, un peu en retrait, et ils arrivèrent jusqu'aux deux visiteurs.

- Jandär comment vas-tu, vieux frère ?! Voilà ta dernière recrue ?

- Joran ! S'exclama-t-il en ne cachant pas sa joie. Il le détailla une seconde. Le temps n'a-t-il donc aucun effet sur toi ? Ah... Je vais bien oui, nous allons bien, tu as vu juste !

Il marqua une pause communicatrice. Yanelle se détacha un peu de son ombre imposante. Elle regarda d'abord avec attention l'homme qui répondait au nom de Joran. Il lui faisait l'effet d'être un deuxième Jandär, aussi massif, aussi grand et à la voix aussi tonitruante. Elle déclara finalement, d'un air un peu trop solennel :

- Bonjour, je m'appelle Yanelle.

Elle souriait maladroitement au grand homme, puis son regard glissa sur la jeune fille à la chevelure ardente qui l'accompagnait, et qui l'intriguait beaucoup plus que son paternel.





avatar
Elaobë Bec-Sombre
« Poignard tranchant d'or & de joyaux »

Messages : 62
Date d'inscription : 01/04/2018
62 01/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Avr - 17:33

Alors c’était cela que Joran lui réservait ? Il avait tenu à ce qu’elle s’habille comme une proprette petite fille et se tienne bien car il voulait aller voir une vieille connaissance ? Elaobë fronça les sourcils alors que les questions défilaient dans son esprit. Ses yeux s’étaient levés vers l’homme qui était apparu, avec une surprise sincère. Mince alors, il s’agissait d’un double de son père autant dans le physique que dans la voix.

Elle était en train de détailler l’homme sans aucune once de retenue ou de bienséance quand une petite voix émergea de derrière lui. Vive, la petite rousse se détourna et découvrit un visage doux, aux rondeurs d’enfance qui lui rappelait le sien. Une adolescente se présenta avec un air formel avant de s'agripper à son regard. Elaobë frissonna.

« Bonjour jeune demoiselle ! Ah mon ami, tu n’as pas changé d’un pouce non plus. Je suis heureux de te revoir. Il était d’une sincérité mordante, qui rendit presque sa fille jalouse, jusqu’à ce qu’il se tourne vers elle brusquement. Qu’attends-tu pour te présenter ?!
- Je m’appelle Elaobë. »

Pas de bonjour, pas d’autres civilités. Secouant la tête, Joran se tourna vers son ami et lui souffla :

« Mademoiselle fait la tête depuis qu’elle a décidé de ne pas continuer à travailler à la forge avec moi… Je ne comprends vraiment rien aux enfants.
-Je confirme ! Claqua la rousse, dans son dos.
-Ahlalala… Il ne releva pas sa pique et se tourna vers Yanelle. Alors, Yanelle, tu t’es réveillée il y a peu de temps, de ce qu’on m’a dit ? Te plais-tu aux côtés de mon ami Jandär ? »

Levant les yeux au ciel, Elaobë s’avança d’un pas pour continuer de fixer l’adolescente qui intriguait ainsi son père. Elle n’avait qu’une envie, réussir à lui parler sans que les adultes ne se mêlent de leur conversation.



« Je ne veux pas gagner ma vie, je l'ai. »
avatar
Yanelle Reflet-Opalin
« Modératrice fiche »

Messages : 92
Date d'inscription : 07/03/2018
92 07/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Avr - 8:39



Yanelle les regarda distraitement se chamailler, sans saisir toutes les subtilités qui se distillaient sous ses yeux. À son apostrophe, elle s'empressa de répondre :

- Euh, oui oui monsieur Joran. Cela ne fait que quelques jours et je me plais déjà beaucoup ici.

La jeune fille esquissa un sourire timide, tendre, en direction de Jandär, en se tenant la nuque d'une main, l'autre bras ramené contre elle. Puis elle reporta son attention sur celle qui se prénommait Elaobë. Alors qu'elles se détaillaient en chien de faïence, leurs deux pères de forgerons décidèrent de leur accorder le répit de leurs voix rauques et fortes.

- Sortez donc prendre l'air et faire connaissance toutes les deux, je dois m'entretenir de certaines choses avec mon ami.

Avec un geste les invitant à suivre ses paroles, ils prirent la direction de la cuisine. Après une seconde ou deux de flottement, les voilà quant à elles qui regagnaient la rue de la cité dorée. Elles étaient plantées là, Yanelle arborant une expression à mi-chemin entre la fascination et la crainte. Sa curiosité était telle que mille questions lui brûlaient les lèvres : D'où tiens-tu cette couleur lumineuse dans tes cheveux ? Quand t'es-tu éveillée ? Joran est-il forgeron comme Jandär ? Pourquoi ne veux-tu pas le rejoindre comme apprentie ? Te traite-t-il mal ? Et as-tu entendu parler des explorateurs toi aussi ? Elle ne savait pas tellement pas quel bout commencer, ni quelle était la meilleure façon de faire connaissance. Alors elle resta là, la bouche entrouverte, pas certaine de la parole à prononcer.





avatar
Elaobë Bec-Sombre
« Poignard tranchant d'or & de joyaux »

Messages : 62
Date d'inscription : 01/04/2018
62 01/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Avr - 11:14

La petite rousse n’attendait que ça, que les adultes décident de s’entretenir de choses d’adultes et les laissent tranquilles. Pourtant, quand Jandär les poussa à passer un peu de temps ensemble, et surtout qu’elle vit Joran acquiescer et lui emboîter le pas sans un regard pour elle, une violente angoisse monta en elle. Ses yeux s'écarquillèrent un peu, alors que sa main montait vers le haut, vers son père. Aucun son ne réussit pourtant à passer sa bouche, et les deux hommes disparurent dans la maison.

Elles se retrouvaient seules, ensemble. De la petite fille qui lui faisait face, Elaobë ne savait que son prénom, et son arrivée récente et cela était inquiètant. Ramenant son bras vers elle, rapidement, elle tourna sur Yanelle un regard effarouché, qui, en quelques instants, devint déterminé.

« Tu ne connais pas la ville, non ? Viens, je vais te montrer le plus belle endroit qu’il y ait ! »

Elle ne réfléchit pas, vive et gracile, elle referma sa main sur celle de la petite Yanelle et se mit à courir dans la rue. Elle prit garde à ne pas la faire tomber, évita les rues bondées et ne s’arrêta que tout en haut du stalagtite qui formait le Mont d’Or : devant la confrérie de la Nébuleuse et le Palais des profondeurs.

« C’est ici que vit la sorcière ! Elle pointa le doigt vers le Palais. Et c’est là où je veux aller ! »

L’Ordre. Elaobë resta quelques instants silencieuse, à contempler l’endroit qui accueillerait sa présence quand elle pourrait passer le test. Puis elle revint à Yanelle, consciente qu’elle venait de partager avec elle son plus beau rêve.

« Je m’appelle Elaobë, et j’ai 14 ans. Quand je serai adulte, je serai devenue une sentinelle et je protégerai ce village ! Son sourire grimpa haut sur son visage. Et toi, Yanelle ? Tu sais déjà ce que tu voudrais faire ? »



« Je ne veux pas gagner ma vie, je l'ai. »
avatar
Yanelle Reflet-Opalin
« Modératrice fiche »

Messages : 92
Date d'inscription : 07/03/2018
92 07/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Avr - 12:42


Elles étaient si gauches à cet instant. Yanelle soupira d'aise lorsqu'Elaobë décida de prendre les rênes, et la suivit de bon cœur dans le dédale de petites rues. Leur course était agréable, son cœur battait la chamade et le pavé défilait à toute allure. Arrivées à destination, elle détailla les deux immenses bâtiments qui se dressaient devant elle. Ils l'impressionnaient et faisaient battre son coeur plus vite encore.

- Oh.

Elle écouta la rouquine et ses rêves avec une attention non feinte. Elle se rappela tout ce que Jandär s'employait à lui expliquer et lui apprendre, les sentinelles, le recèlement, les créatures qui rôdent sur ce qu'on appelle le sentier, les détrousseurs et surtout, les explorateurs. Ces personnages étaient ceux qui l'avaient le plus fascinée dans les récits du vieux forgeron. Quelque chose qui la faisait vibrer.

Le sourire de sa nouvelle amie fut contagieux. Yanelle le lui rendit avant de répondre :

- C'est un noble projet Elaobë, je suis sûr que tu y parviendras. Quant à moi, euh... Elle tourna le visage en direction de l'Ordre. Je crois que j'aimerai bien devenir une exploratrice. Je veux découvrir le sentier et voir toutes ces choses qu'on raconte sur lui.

C'était la première fois qu'elle l'énonçait à voix haute, même si elle l'avait pressenti, en elle, il y quelques temps déjà. En fait, dès la première fois que Jandär lui avait conté leurs faits, la vie qu'ils menaient et pourquoi ils la menaient. Ça avait été d'une évidence déconcertante. Absorbée dans l'observation de ce qui, elle en était sûr, constituerait un jour ou l'autre son quotidien, elle souriait béatement.





avatar
Elaobë Bec-Sombre
« Poignard tranchant d'or & de joyaux »

Messages : 62
Date d'inscription : 01/04/2018
62 01/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Avr - 21:43

Elaobë ressentait la même passion, la même puissance, la même envie pulser dans ses veines et même dans tout son corps en regardant les plus beaux édifices du Mont d’Or. Depuis qu’elle s’était éveillée ici, elle n’avait eu de cesse de connaître des périodes de doutes et le fait de ne pas avoir de main mise sur son futur lui avait fait grand mal. Maintenant qu’elle avait fait son choix, elle ferait tout pour l’atteindre.

En entendant la voix de Yanelle, près d’elle, la rouquine prit conscience d’autre chose, aussi bête soit-il. Elle avait une amie, pour la première fois depuis 4 ans. Même si c’était une amitié encore dans l’oeil, prête à éclore et où il y avait tout à faire… elle avait une amie. Son coeur fit un bond dans sa poitrine

« Oh Yanelle, c’est génial ! On sera ensemble à l’Ordre de la Nébuleuse et on formera un duo incroyable ! Elaobë et son incroyable enthousiasme, toujours. Tu trouveras des ressources et des réponses à nos questions et je m’occuperai de nous défendre ! »

La rousse souriait comme jamais. Pour la première fois depuis son arrivée ici, elle oublia la présence de Bec-Sombre en elle. Elle se sentit légère et heureuse. Attrapant à nouveau la main de la petite fille à côté d’elle, elle la tira vers une autre rue, et lança :

« Viens, je t’offre une glace ! Puis, l'entrainant dans sa marche, elle demanda, curieuse. Tu travailles à la forge de ton père en attendant ? Toi aussi tu fabriques des armes ? »

Elle s’arrêta devant une échoppe d’un marchand où elle allait souvent quand Alrick lui donnait quelques pépites brillantes à échanger contre une douceur.



« Je ne veux pas gagner ma vie, je l'ai. »
avatar
Yanelle Reflet-Opalin
« Modératrice fiche »

Messages : 92
Date d'inscription : 07/03/2018
92 07/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Avr - 18:13



Devant le ton plein d'entrain d'Elaobë, Yanelle reporta son attention sur elle, avec un air attentif. Il se forgeait entre les deux enfants un quelque chose, indicible, invisible. Un quelque chose de précieux et fragile. Cette hargne, cette détermination, cet enthousiasme. C'était sûrement un peu contagieux, c'était inspirant. Alors, même si Yanelle n'évoluait pas sans mal dans ce monde étranger, même si elle se sentait parfois faillir devant toutes ces nouvelles choses à sans cesse réapprendre, elle esquissa un sourire pétri de douceur.

- Oh ce serait bien oui
, laissa-t-elle échapper timidement.

Alors qu'elle se perdait en conjectures imaginaires, l’œil brillant, sa nouvelle amie la tira par la main. Confiante, elle se laissa porter. Elle lui répondit, la voix tressaillant au rythme du pavé :

- Euh, oui, je connais le nom des outils maintenant, et je l'aide un peu. Hier il m'a montré comment me servir d'une meule !

L'estime pour Jandär transparaissait déjà dans sa voix, et son intérêt n'était pas si feint que ça. La rue où elles s'étaient arrêtées était plus animée que celles qu'elles avaient traversées jusque là et parée des mille et une couleurs des ramages de ces dames, qui se pressaient ci et là. L'air était chaleureux et il ne se dégageait des passants que des sourires plein de bienveillance et une franche solidarité. Yanelle devait reconnaître que c'était apaisant et agréable. Et puis, une glace, cela l'intriguait fortement. Ne sachant pas tellement la marche à suivre, elle se contenta de raffermir sa prise en détaillant avec intérêt l'échoppe leur faisant face.






Contenu sponsorisé
« »