PÉRIODE DE JEU

1ER AMARIAS AU 1ER JERARIAS 1050

Défi du roi, défi du mois

« Bouffonneries et traits d'esprit, que vos récits en soient sertis. »

1 fois par sujet rp : une situation comique, une blague ou un jeu de mot. Mauvaises plaisanteries perpétrées par ton personnage, quiproquo, contrepèterie... sois inventif !




[RP LIBRE] S'aérer l'esprit, soulager son cœur

avatar
Varagwynn
« Fondatrice »

Messages : 211
Date d'inscription : 26/05/2017
211 26/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Mar - 16:07

S'aérer l'esprit, soulager son cœur

Le Vent du Voile avait fui toute compagnie, se délivrant de la demeure pour les pontons suspendus. Se retrouver au milieu de ces pirates et navires réveillait en lui les souvenirs de jadis. Le bruit des cordages, les chants guillerets... tout ceci lui mettait du baume au cœur. L'un des matelots le bouscula par mégarde, transportant une caisse bien trop grosse pour lui.

- Oh là ! Pardonnez-moi, c'est que l'effort me rend maladroit.

La gêne ne trouva aucune réponse, le Vent du Voile était absorbé. Ses pensées le rendaient hermétique à toute interaction, tant et si bien qu'il poursuivit sa route, jusqu'à la taverne la plus proche. Le regard dans le vide, il demanda une brune-miel.

- Vara' ! Même pour le Vent-du-Voile, je ne peux faire de charité. Qu'as-tu en échange ?

Cette question l'arracha de sa torpeur. Reprenant ses esprits, il sourit faiblement, tapotant sur ses poches, à la recherche d'un objet équivalent. Sans succès. Voilà que son étourderie lui jouait des tours. Lui, sortir sans quoi que ce soit qui ne puisse être troqué ? La journée s'annonçait longue. Il renonça à son verre, faisant un signe désolé au tavernier qui haussa les épaules. Pas de bibelot ou de service, pas de brune-miel. Il resta cependant, assit dans l'angle de la salle.



VARAGWYNN ※ Fondatrice
En cas de question ou problème, n'hésite pas à me MP ou à poster ici !
avatar
Estrid
« »

Messages : 57
Date d'inscription : 08/03/2018
57 08/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Mar - 21:23

Un lapin. Encore un lapin. Toujours des lapins partout. A croire que la Griffe d’émeraude aurait pu s’appeler La Patte du Lapin Blanc et que la faune locale avait migré massivement vers l'une des extrémités opposées de la Caverne... Estrid n'avait chassé que ça toute la semaine !

Enfin chassé... Piégé plutôt. Elle avait bien dû se faire une raison face à leur rapidité et son manque total de précision à l'arc. Elle préférait - et de loin - utiliser sa lame, une petite épée courte, grossière et émoussée, mais qui ne lui avait jamais fait défaut. Enfin depuis qu'elle était arrivée à la Griffe...
Estrid s'en rappelait comme si c'était hier, Randall lui avait offert cette lame après leur première semaine passée ici, en lui disant qu'ils allaient s'entraîner, pour être prêts, la prochaine fois qu'une créature voudrait les attaquer - tout en croisant les doigts derrière son dos pour ne jamais avoir à recommencer.
Une grimace comique lui étira le visage en repensant à la scène. Si seulement !

Quoi de mieux pour tenter de réprimer sa frustration naissante que de l'éponger avec un peu de brune-miel à la taverne du coin ? Peu de choses, soyons d'accord. Elle n'avait toutefois pas anticipé d'y trouver le Vent du Voile, ni d'y trouver une sorte d'excitation certaine, une idée toute fraîche en tête.
Elle déposa à la hâte son lapin sur le comptoir en réclamant un pichet de brune-miel et deux choppes en désignant la table où il se trouvait. Au fur et à mesure qu'elle s'approcha, son excitation laissa place à un embarras certain.

- Euh... Bonjour Vent d... euh Vara... Monsieur Varagwynn. Est-ce que euh... je peux m’asseoir avec vous ? Je voudrais vous demander quelque chose... S'il vous plait ?
avatar
Varagwynn
« Fondatrice »

Messages : 211
Date d'inscription : 26/05/2017
211 26/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 22 Mar - 15:31

Varagwynn considéra la prise rapportée par une jeune cliente. Cela lui rappela ses jeunes années, alors qu'il survivait péniblement sur le sentier, en solitaire. Si seulement il n'avait pas perdu la main, il pourrait siroter son verre, comme tout le monde. Son cœur manqua un battement lorsque la voyageuse désigna sa table. Que lui voulait-elle ?

Son dos voûté reprit, sans qu'il ne le veuille, une allure droite et stricte. Suivant du regard la jeune femme, il la laissa s'approcher, jusqu'à ce qu'elle prenne la parole.
Il fit un léger signe de la tête, affichant de fait son consentement. Intrigué, une méfiance légère souffla en son esprit. Cette gêne réciproque fut brisée lorsque le tavernier en personne se saisit des chopes, leur apportant tout en souriant à pleines dents.

- Eh bien ! Tout homme habile finit par avoir son dû !

Un rire secoua ses épaules massives. Puis, voyant la mine renfrognée du Vent, il tourna aussitôt les talons. L'homme d'albâtre inspecta le godet, en huma l'odeur sucrée. Quelque peu rassuré, sa voix étrange déclara :

- Faites donc. À qui ai-je l'honneur ?



VARAGWYNN ※ Fondatrice
En cas de question ou problème, n'hésite pas à me MP ou à poster ici !
avatar
Estrid
« »

Messages : 57
Date d'inscription : 08/03/2018
57 08/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Mar - 22:39

Estrid ne savait pas vraiment ce qu'elle faisait. Elle ne faisait que suivre son instinct - qui était loin d'être indéfectible soit dit en passant. Elle se glissa bien rapidement sur la chaise, une moitié de fesse dans le vide et profita de la venue du tavernier pour reprendre son souffle, à la fois intimidée par son interlocuteur et embarrassée par sa propre attitude. Où était Randall quand on avait besoin de son flegme légendaire ? Elle avait tendance à attendre ses critiques acerbes ou ses plaisanteries de mauvais genre, comme à l'accoutumé. Mais cela faisait déjà quelques semaines qu'elle ne les entendait plus... Elle se fustigea aussitôt pour avoir pensé à Randall, elle pouvait très bien s'en sortir sans lui, la preuve ! Mais pourquoi se sentait-elle comme une enfant face à cet homme assis devant elle ? Elle s'éclaircit rapidement la gorge.

- Je m'appelle Estrid. Je suis arrivée il y a une dizaine de mois environ, avec... Randall - est-ce qu'il connaissait Randall ? Vos hommes nous ont trouvé dans la forêt et nous ont aidé avec une créature des ombres...

Elle s'arrêta, à bout de souffle, quelque peu surprise de sa propre audace. Il lui était bien rare de se présenter de la sorte à un parfait inconnu. Soit, il ne lui était pas si inconnu que ça, tout le monde le connaissait ici, c'était le Vent du Voile tout de même. Mais enfin lui, ne la connaissait pas, elle. Elle bu une gorgée de brune-miel pour se donner du courage et reprit aussi sec, tant qu'elle s'en sentait capable.

- Est-ce que c'est si difficile que ça pour... nous, de vivre au Soleil, là en-bas ?
avatar
Varagwynn
« Fondatrice »

Messages : 211
Date d'inscription : 26/05/2017
211 26/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Mar - 1:09

Varagwynn observait, décortiquait la carapace de son interlocuteur. De sorte qu'en évoluant au fil d'une conversation, il cerne approximativement le profil lui faisant face. À en croire son accoutrement, l'exploration devait être une part de son existence. Ce qui piqua d'autant plus son intérêt ; n'avait-elle jamais eu à subir cette malédiction ? Y avait-elle échappé lors de sa fuite, par un bienheureux hasard ?
Il prit une gorgée, ne sachant d'abord quoi répondre. D'ordinaire, l'orateur avait le mot vif, et juste. Seulement, l'interrogation fit émerger en lui des souvenirs, versa du sel sur ses plaies encore béantes. La perte d'Œil-Azur, les brûlures sur son torse... discrètement, il plaça l'une de ses mains squelettiques, là où le soleil le marqua éternellement. Il ne put sentir la chaleur de sa paume, ni même le poids apposé. L'insensibilité de sa chair calcinée le glaça de tristesse. Fixant le vide, il répondit, enfin.

- Enchanté, Estrid. Je me nomme Varagwynn.

Silence. Une fois encore, il tourna sa chope, comme pour calmer la bête furibonde sommeillant en lui.

- Pour ta sécurité, promets-moi de ne pas t'en approcher. De nombreux imprudents y ont trouvé la mort, réduits en de vulgaires tas de cendres. Le vent en a disséminé les restes, les condamnant aux affres de l'oubli.

Il déglutit, s'imaginant ces tableaux horrifiques, défilant devant ses yeux désertés de toute étincelle. Ce démon siégeant au cœur du palais des profondeurs... il lui inspirait la nausée.

- Le soleil est notre ennemi. Tels des spectres nous devons errer dans l'ombre. Héritage maudit, souffla-t-il, plantant subitement son regard fané dans celui de la détrousseuse. Te manque-t-il, à toi ?



VARAGWYNN ※ Fondatrice
En cas de question ou problème, n'hésite pas à me MP ou à poster ici !
avatar
Estrid
« »

Messages : 57
Date d'inscription : 08/03/2018
57 08/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Mar - 20:52

Estrid n'avait pas vraiment réfléchi à ce qu'elle avait attendu comme réponse. Mais certainement pas quelque chose de ce genre-là. Cet homme, qu'elle avait idolâtré dès son premier jour à la Griffe d'Emereaude, qu'elle jugeait sage, avisé et courageux, possédant toutes les réponses, lui paraissait alors plein de rancœur, de colère ou encore de tristesse, presque effrayé. Elle ne reconnaissait pas là le portrait qu'on lui en avait dressé à travers les contes ou encore celui qu'elle s'était imaginée. Où était donc passé sa fougue héroïque ? Son désir de vivre, libre ? Estrid se demanda un instant ce que recelait vraiment le passé de cet homme... Surement bien plus d'horreurs que ce que les gens en avaient retenu. Son cœur se serra un instant à cette pensée : et si elle avait fait le mauvais choix, finalement ? Tout n'avait été que joie et sécurité pour elle jusqu'ici, malgré ce sentiment d'enfermement. Et si l'horreur était celle d'avoir quitté le Mont d'Or ?
Son visage se voila quelques instants à mesure qu'elle écoutait les paroles de son interlocuteur, tentant de les assimiler.

- Bien sûr que le soleil me manque. C'est d'ailleurs pour cette raison que je vous posais cette question...

Elle réfléchit un instant à la façon la plus censé dont elle pourrait exprimer ses pensées puis reprit.

- Il n'y aurait pas d'ombre sans le soleil. S'il n'y aurait pas d'ombre, nous ne pourrions exister en raison de cette malédiction... Alors oui, le soleil est un danger, mais il est aussi ce qui nous permet de survivre. Vous ne croyez pas ?

Elle doutait que son laïus ait un quelconque effet, mais ça faisait sens pour elle, tout du moins.
avatar
Varagwynn
« Fondatrice »

Messages : 211
Date d'inscription : 26/05/2017
211 26/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Mar - 14:36

Varagwynn eut un sourire, dévoilant légèrement sa dentition. La mélancolie en imprégnait les traits, lointaine mais bel et bien là.

- Je ne partage pas cet avis. Nous disposons, fort heureusement, d'ombrétoile. Celle qui garantit à toute plante, à toute bête, la possibilité de croître. Imaginons que les trouées ne soient plus... quel serait l'impact ?

Une seconde se suspendit dans l'air, comme pour mettre l'emphase sur sa réponse future.

- Aucun. Nous subsisterions, encore et encore. Cependant... vivre éternellement ainsi, est-ce souhaitable ?

Il releva son cou, lançant un regard qui embrassa toute la pièce.

- Permettez-moi d'en douter. Je reste un idéaliste, croyant dur comme fer à un ailleurs. Sans maléfice.

*Et sans entité malfaisante.* pensa-t-il, en son fort intérieur.

- Mais en l'état actuel des choses, cela ne demeure qu'un simple rêve. Obstrué par les mystères de la caverne.

S'approchant d'Estrid, il murmura ces mots, flottant au creux de l'oreille :

- Et ses secrets inavouables.

Aussitôt, il remit cette même distance, buvant les dernières gouttes de brune-miel, lentement. Malgré ses paroles, le calme reprit possession de chacun de ses mouvements... comme une statue, ayant pris vie pour délivrer son savoir, avant de plonger à nouveau dans un sommeil de pierre.



VARAGWYNN ※ Fondatrice
En cas de question ou problème, n'hésite pas à me MP ou à poster ici !
avatar
Estrid
« »

Messages : 57
Date d'inscription : 08/03/2018
57 08/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Mar - 18:59

Estrid entendait ses paroles, tentait de les comprendre, de se mettre à sa place, mais n'y parvenait pas. Ce discours lui semblait bien fataliste, quelque peu dépressif aussi en un sens... Alors qu'elle réfléchissait à la meilleure façon de rebondir, le Vent-du-Voile s'anima soudain, avec une allure de conspirateur. Des secrets inavouables ? Dans la Caverne ? Estrid n'en doutait pas le moins du monde. Il n'y avait qu'à remettre en perspective ces créatures des ombres terrifiantes et ce sentiment d'enferment qui pesait pour certains d'entre-eux, afin de comprendre qu'ils ne possédaient pas toutes les réponses et qu'ils étaient loin de maîtriser la situation, malgré leurs diverses tentatives. Estrid avait mille et une questions à ce sujet, mais son interlocuteur semblait avoir retrouvé son flegme naturel...

- Bien sûr qu'il doit bien y avoir un ailleurs, là, quelque-part !

Enfin c'est ce qu'Estrid s'était également toujours dit. Le monde serait bien triste sinon, en effet...

- Mais je pense qu'il faut tirer avantage de ce qu'on a aujourd'hui, de ce qu'on sait à l'instant présent, pour en découvrir davantage ! Pourquoi ne devrait-on que se heurter aux mystères de la Caverne, sans tenter de les élucider ?

Autant occuper ses journées et se rendre utile, n'est-ce pas ? Donc... vagabonder à loisir dans la Caverne.
avatar
Varagwynn
« Fondatrice »

Messages : 211
Date d'inscription : 26/05/2017
211 26/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Avr - 15:11

Varagwynn appréciait cette détrousseuse, plus qu'il ne le laissait entrevoir. Il ignorait si ce qui l'animait était un vaillant esprit de contradiction ou un positivisme des plus rares. Elle insufflait en son esprit une brise légère et chaude, celle réconfortante de l'espoir.

- Tenter de les élucider... n'est-ce pas là ce que nous nous employons à faire chaque jour durant ?

Ses traits s'imprégnèrent d'une bienveillance, celle qui pousse certains dirigeants aux choix les plus nobles.

- Si nous nous enfoncions dans le bourbier de la désolation, serions-nous ici, à discuter ? Aurions-nous escaladé les fortifications du Mont d'Or ? Ce qui me modère est l'amour des miens, la réalité de ces lieux. Le sentier est un serpent qui - au moment où on le croit attrapé - mue pour mieux s'enfuir. Souhaites-tu le comprendre ?

Une lueur de défi s'empara de son regard. Un convoi d'exploration partirait bientôt. Et, malgré les recommandations du trésorier, il y participerait très certainement. Si cette jeune femme l'acceptait, ses propos s'illustreraient par l'expérience. Quelle meilleure leçon que l'évidence des faits ?



VARAGWYNN ※ Fondatrice
En cas de question ou problème, n'hésite pas à me MP ou à poster ici !
avatar
Estrid
« »

Messages : 57
Date d'inscription : 08/03/2018
57 08/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 11 Avr - 0:15

Estrid l'écoutait attentivement, ne parvenant pas à déterminer s'il tenait un discours sérieux ou s'il se moquait doucement de ses paroles à elle... Lui qui semblait si fermer à des déambulations aléatoires dans la Caverne semblait maintenant très intéressé par l'élucidation de ses mystères : cela ne faisait absolument pas sens !
Puis Estrid comprit qu'il essayait de protéger tout à chacun du mieux qu'il pouvait en l'informant des dangers que représentait cette Caverne pour ses habitants...

- J'ai bien conscience des dangers de la Caverne... Mais comme le dit si bien l'adage, Sans toucher, tu ne peux culbuter ! Euh... avec tout mon respect bien sûr.

Un petit sourire contrit lui étira les lèvres. Malgré toutes les bonnes manières du monde, certains tics de langage avaient tendance à vous marquer plus que d'autres, surtout dans les bouiboui du coin !

Estrid avait rencontré quelques situations délicates par le passé, manquant de peu à plusieurs reprises d'être sévèrement blessée. Pour autant, elle avait apprit de toutes ces situations et jouait désormais la carte de la prudence - la plupart du temps. Les risques font parti du chemin vers la récompense...

- La Caverne est effrayante, à bien des égards. Mais se laisser vivre avec autant de doutes l'est encore plus.

Elle se leva, déterminée.

- Alors dès demain, je sortirais en plein jour. Et si demain je meurs... et bien tous mes doutes s'apaiseront au moins !
avatar
Varagwynn
« Fondatrice »

Messages : 211
Date d'inscription : 26/05/2017
211 26/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 23 Avr - 23:02

L'homme la suivit du regard, tandis qu'elle prononçait cette tirade inconsidérée. Sa mine, jusqu'ici amusée par la maladresse de l'adage, perdit de sa clarté. Il se saisit de son poignet, comme pour freiner cet élan sinistre :

- Point d'apaisement pour les morts.

Il hésita, ses iris se perdirent tandis que ses lèvres demeurèrent interdites. Se lancer, proposer.

- Que diriez-vous de m'accompagner ? Bien que l'on s'y oppose, je vais prendre part au convoi d'exploration. Leur navire répond au nom de l'Ozelya. Vous n'avez rien d'autre à y gagner que la vérité, celle que je vous offre.

Il la délia de son emprise, lui laissant la liberté d'accepter comme de refuser. À la place, il lui tendit cette même main - chétive et blanchâtre, certes - mais non moins chaleureuse, bienfaitrice.

- Qu'en dites-vous ?



VARAGWYNN ※ Fondatrice
En cas de question ou problème, n'hésite pas à me MP ou à poster ici !
avatar
Estrid
« »

Messages : 57
Date d'inscription : 08/03/2018
57 08/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 10 Mai - 23:41

Alors qu'Estrid s'apprêtait à tourner les talons sur ses paroles enflammées, non sans saluer son compagnon, que celui-ci se saisi de son poignet et se fit paternel. Comme si elle avait besoin de ça...
Il sembla hésiter un instant puis pris enfin la parole pour lui proposer de prendre part à ses côtés à un convoi d'exploration. Vraiment ?

La jeune femme hésita, dansant d'un pied sur l'autre, ne sachant que trop répondre. Elle secoua légèrement son bras afin de se défaire de l'étreinte du Vent du Voile tout en réfléchissant à toute allure. Est-ce que cela signifiait qu'elle pourrait sortir au grand jour ? Tout du moins elle verrait la Caverne, pour de vrai, et non pas que ses recoins les plus sombres, juste à distance du campement. Et puis qui dit convoi dit forcément gardes, ce qui lui faciliterait la vie, soyons honnêtes...

Elle se redressa alors, fichant son regard dans celui de son interlocuteur.

Je n'ai rien de plus intéressant qui m'attend, de toute façon. Cela apaisera surement vos craintes...

Un léger sourire lui étira la commissure des lèvres. Elle s'avança d'un pas pour se saisir de la main tendue en une ferme poignée de main.

Je ne serais pas loin. Faîtes-moi savoir quand nous partons et en quoi je peux me rendre utile.

Elle secoua la tête pour appuyer ses propos, perdit de son sérieux et se fendit d'un large sourire alors qu'elle virevoltait déjà vers la porte, un petit avant goût de liberté flottant dans l'air.
Contenu sponsorisé
« »