PÉRIODE DE JEU

1ER AMARIAS AU 1ER JERARIAS 1050

Défi du roi, défi du mois

« Bouffonneries et traits d'esprit, que vos récits en soient sertis. »

1 fois par sujet rp : une situation comique, une blague ou un jeu de mot. Mauvaises plaisanteries perpétrées par ton personnage, quiproquo, contrepèterie... sois inventif !




Varagwynn - Vent du Voile

avatar
Varagwynn
« Fondatrice »

Messages : 195
Date d'inscription : 26/05/2017
195 26/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Mar - 17:31



Varagwynn

Le théâtre et ses masques m'indisposent.


Âge apparent ※ 41 ans.
Taille ※ 173 cm.
Poids ※ 65 kg.
Famille ※ Seul.
Métier ou poste ※ Vent du Voile.
Date d'arrivée ※ 1021, mois de Nièvras.
Au fond de ma caboche, la caverne brillait intensément. Et la voici,
et me voilà ! :guitar:


Psychologie ※ Penser. Le verbe de toute une existence. Aux raisons qui poussent les hommes à agir de la sorte. Aux choses qui l'entourent, à ses pairs puis à lui-même. Malgré l'animosité de ses fureurs, il ne porte atteinte à aucun des siens, du moins si ces derniers se plient à ses règles. Tourné vers les autres, il veille au bien commun et serait prêt à commettre le pire afin de garantir leur protection. Pour autant, le Vent du Voile peine à contrôler ses émotions : le sarcasme de la contrariété, l'assentiment envers ceux qui brisent les lois instaurées, cette peur d'échouer. Les mots et la gestuelle ne traduiront jamais ce bouleversement intérieur, ce trop-plein qui devrait - tôt ou tard - s'extérioriser chez la plupart. Ces déchirures se répercutent sur les objets à portée, sur sa propre peau. Ses tourments sont ses tombeaux, ne sachant briser ce tiraillement entre haine et avancée, entre passé et avenir.

Cependant, cet esprit retors se pare de mécanismes prodigieux. Ses paroles et ses actes suivent des idées préalablement établies. Magnanime, il dissimule pour mieux apaiser.
En revanche, ceux qui s'écartent du chemin tracé obtiennent des peines terribles. S'il pardonne les bagatelles et éventuelles hardiesses, les crimes de haute volée lui restent irrémissibles. Peu importe les moyens déployés, tant que la fin est celle escomptée. En cela, le Vent du Voile fomente crainte et respect. Ce qui facilite ses interactions lors des conseils et prises de parole.

En dehors de son rôle, Varagwynn sait faire preuve d'humilité et peut même se laisser aller à quelques plaisanteries, ne serait-ce que pour détendre ses nerfs. La compagnie ne le repousse pas, bien qu'il préfère s'isoler pour mieux réfléchir.

Apparence ※ L'ombre d'une créature désarticulée, chétive et zébrée de fines cicatrices. Elle se glisse parmi les hommes, ne sachant que faire de ses membres. Membres endoloris, emprisonnés de ces tissus amples versicolores. Cette chair possédée, cette ossature saillante et épuisée où se serrent des breloques de bois et de perles. Couronne ce désastre un regard. Un regard qui ensorcelle, un regard qui pénètre au plus profond de votre âme. Un océan glacé dans laquelle se noient ses quelques interlocuteurs. Des pupilles brûlantes, brûlantes de ce bleu verdâtre. L'estrade accueille alors cet orateur. Cet homme nouveau, délaissant derrière lui la mue d'un miteux. Prestance solaire, immortelle ? La chevelure cuivrée, le teint d'albâtre. Les gestes précis, l'allure gracile ! Ce tableau engorge les cœurs, les arbres et l'atmosphère. Tel est le Vent du Voile ; une métamorphose qui subjugue.

Œil-Azur ─ Il arbore l’apparence noble et sage des rapaces nocturnes auxquels il ressemble : les hiboux. Il semble posséder trois yeux, mais seul celui qui ondoie d’une étrange lumière bleue est capable de voir, les deux autres sont aveugles. De petites gemmes, toutes d’une couleur différente, sont incrustées dans ses plumes. Il est d’un naturel calme, très sociable, et il cultive la sérénité et la paix intérieure. Son unique oeil ne lui permet pas de regarder ni en arrière, ni en avant : il laisse le passé et le futur de côté pour profiter de son unique moment présent.

1 Ϟ Que pense-t-il de Bergamote ? Du Roi Pâle ? De Papy Luciole ?
Varagwynn voue une haine farouche à la sorcière et ses disciples (serviteurs et adorateurs confondus). L'envoûtement de cette femme l'effraie, tant il pourrait conduire les simples d'esprit aux pires atrocités. Plus que cela, le voile qui l'occulte sème en lui un doute dévorant. Quelle est son identité réelle ? Par quelle entité ses pouvoirs furent-ils conférés ? Il l'ignore et cela - bien qu'il ne l'avouera jamais - l'obsède.

En revanche, il éprouve une certaine sympathie à l'égard de Papy Luciole. Ce vieillard en proie à des fantasmagories inquiétantes... le sort de cet ancien détrousseur attise en lui une empathie sincère. Même s'il le perçoit comme fou à lier.

Enfin, le Roi pâle... Varagwynn ne l'a vu qu'une seule et unique fois : lors de la cérémonie de l'éveil. La sienne. Une émotion froide traversa sa chair. Un souvenir qui ne l'a jamais quitté et qui, parfois, anime ses plus sombres cauchemars.

2 Ϟ Que pense-t-il des villageois et explorateurs ? Sont-ils des esclaves ou/et des naïfs à ses yeux ?
Des prisonniers privés de leur libre-arbitre, des fanatiques dénués de perspicacité... des marionnettes, du bétail ? Il fut comme eux, mais ne peux comprendre leur passivité. Une utopie illusoire, façonnée de bâtisses clinquantes et de victuailles affriolantes. Loin des dangers du sentier... mais peut-être tout proche d'un être malicieux, ayant sous sa coupe l'existence de ces âmes offertes. Penser au Mont d'Or génère des questionnements à vous en fendre l'esprit. Voilà pourquoi il enferme ses craintes en la figure de Bergamote.

3 Ϟ Sa situation lui convient-elle ? Qu'en est-il de son amnésie ? Souhaite-t-il, un jour, regagner l'au-dehors ?
L'anxiété, le doute. Deux insectes rongeant ses entrailles. Sa cervelle ne cesse de ressasser les souvenirs, les pensées qui l'habitent. Quel est le sens de tout ceci ? Qui a scellé ce qui fut ? Il arrive que son corps se souvienne, sans que sa tête ne parvienne à décrypter ses bribes d'antan. Une flamme brûle en lui, douce et aigre à la fois. La mélancolie le gagne alors, se manifestant par des accès de rage et de violence. Ces soirs-là, personne n'ose pénétrer à la demeure du Voile. La crainte les y fait renoncer.

4 Ϟ A-t-il un équipage ? Si oui, le décrire.
Non, aucun. Bien qu'autrefois, ce fut le cas...

5 Ϟ Pourquoi a-t-il désiré devenir détrousseur ? Est-il un ancien villageois, un ancien explorateur ?
Dans sa prime jeunesse, Varagwynn accusa les villageois de la plus haute médiocrité ; celle d'endormir leur esprit critique au profit d'un confort éternel. Au milieu de ces individus allègres, le dégoût le submergeait de toute part. Aussi préféra-t-il s'abandonner au sentier des astres, un couteau ridicule en poche. L'impulsivité de cette folle escapade ne lui ressemblait pas, lui qui préméditait le moindre de ses faits et gestes. Cependant, le regret ô grand jamais ne l'enlaça de ses bras. Il savoura cette délivrance nouvelle, prêtant rapidement allégeance à un équipage pirate, le File-Lointain.

6 Ϟ Que connait-il de la caverne ? Des gardiens, créatures de l'ombre ?
Les plantes et leurs mystères, il les connait sur le bout des doigts. Onguents, poisons et élixirs. Leurs vertus et maléfices, Varagwynn s'en délecte. Confiné dans sa cabine, il ne prit jamais part aux combats, ceux opposant le File-Lointain aux horreurs du sentier : créatures des ombres, bêtes voraces... il en aperçut, en entendit, ressentit cette terreur palpable, même chez les plus braves. Toutefois, sa lame n'eût l'occasion de s'y plonger. Tout ce qu'il apprit datait des livres, autrefois parcourus dans la bibliothèque de l'Ordre. Ou dans ces contes oraux, au coin du feu. Le folklore animait en lui une excitation soudaine. Qui s'éteignit dès lors qu'il prit la tête des détrousseurs, la conscience de ses responsabilités pleinement éveillée.

7 Ϟ Comment a-t-il vécu la malédiction solaire et, de fait, la perte de sa créature spirituelle ?
Ce maudit maléfice laissa sur son torse les marques de sévères brûlures, qu'il cache comme il peut des regards importuns. Quant à sa créature, elle fut une alliée précieuse dans sa quête d'harmonie, de paix intérieure. La perdre le fit basculer davantage dans ses élans tumultueux. Il le déplore aujourd'hui encore.

8 Ϟ Quels projets réserves-tu pour ce personnage ? Quels projets sont les siens ?
Il souhaite apaiser les tensions morcelant les détrousseurs. Fédérer ces individus autour d'un projet commun : améliorer les défenses à l'encontre des créatures, équipages hors-la-loi et autres calamités ; étendre la Griffe d'émeraude et en fortifier les hauteurs. Des projets prosaïques et sages, en somme. Quant à ses propres démons, il préfère en ignorer le chant.

Biographie et autres éléments ※ L'homme d'aujourd'hui entame son périple le jour de sa fugue. Tout ce qui précède n'est qu'un épais brouillard parsemé de dégoût et de peur. Il mit fin prématurément à son apprentissage au sein de l'Ordre, préférant couper tout lien abject d'avec cette femme... ou cette monstruosité au faciès enfantin ? Lui-même l'ignore. Il se souvient d'un sentiment de vide, s'insinuant en lui-même. Le reste est flou. Les remparts, ces géants de pierre, ne semblèrent pas lui résister. Aucune goutte de sang ne fut versée.
Il ne savait pas se battre, il était seulement possédé par l'envie d'en finir. Partir.

Ses paupières se levèrent, lui dévoilant alors une antre des plus étranges. Du haut de ses quinze années, il saisit les répercussions, ce que son acte signifiait. Des visages masqués le jaugèrent, puis le relevèrent, lui apportant une partie de leurs maigres récoltes. Il y séjourna quelques jours. Période durant laquelle il côtoya ce personnage si énigmatique : Papy Luciole. Une appellation risible sous laquelle se dissimulait un ancien détrousseur. Il lui révéla ses trouvailles, ses hauts-faits en tant que capitaine. La liberté gonflant les voiles, les trésors recelés aux quatre coins de la caverne. Ainsi nourrissa-t-il les prémisses d'un homme nouveau.

Quittant cet havre de paix, il déambula ici et là. Subsistant de ces chasses maladroites. Dépecer l'animal, se faire un feu, se hisser dans les branches dès la nuit tombée. Ces quelques semaines le confrontèrent aux dangers, firent mûrir son âme d'enfant. Il devint plus à même d'étouffer ses peines, les laissant hurler dans ses songes.

Un matin, lui aussi cria. Une douleur, intense, calcinait son buste. Les rayons solaires dardaient sa chair, il n'en supportait plus l'intensité. Varagwynn se laissa tomber, inconscient. Offrant son corps meurtri à l'effroyable milieu sauvage. Ce ne fut ni une créature ni un gardien qui l'en délogea, mais l'équipage de File-Lointain. Le capitaine Adbeon, gaillard rodé, ayant roulé sa bosse sur un navire des plus splendides. D'une rhétorique implacable, il menait ses hommes de victoire en victoire, décrochant les éloges et siégeant aux côtés du Vent du Voile vieillissant, Cyne. L'amitié qui les unissait faisait ployer en sa faveur les expéditions mais laissait néanmoins au dirigeant suffisamment de recul pour manœuvrer en solitaire. Varagwynn servit sur cet aéronef de grande envergure, comme apprenti guérisseur. Il y tissa de merveilleux souvenirs, élevant Abdeon au rang de modèle. Ce qui, en un sens, lui attira les faveurs et l'affection de ce dernier.

Cette image cristallisée se brisa en mille morceaux. Le jour où Abdeon se révéla comme un effroyable traître. Les conseils s'enchaînèrent et le visage du capitaine s'était assombri. Une fois encore, on lui refusait cette bataille. Celle qui ferait déchoir la sorcière et ses sbires.

« Que le sentier l'emporte. » pesta-t-il au crépuscule. L'aube renaîtrait, ses desseins offriraient une nouvelle voie.

Dès lors, il devint ce vulgaire gredin qui empauma sans scrupules. Les commodités, le masque de chair ne dupèrent pas Varagwynn, désormais dans la fleur de l'âge. L'assassinat commandité détruisit les fragments de confiance disséminés en ses pairs. Le jeune détrousseur œuvra en silence, dans l'ombre. Ses aventures au sein de l'équipage lui valait l'estime du capitaine, des passe-droits qu'il comptait bien mettre à profit.

Il se dirigea dans la cabine d'Abdeon, en prenant soin de s'annoncer. Lançant un regard sur sa gauche, il sourit avant de toquer.

« Varagwynn ? Que me vaut l'honneur de ta visite ? » l'ironie de sa voix trahissait un léger agacement.

« N'est-ce pas mon devoir que de veiller à votre bien-être ? »

Un rire secoua ses épaules.

« À d'autres ! Dis-moi plutôt le motif de cette venue inopinée... »

Le moment était venu, s'engouffrer dans cette brèche avant qu'elle ne se résorbe.

« Nous avons en commun cette lucidité, celle qui attise la fascination et la soif de justice. »

Abdeon parut intrigué, à en voir les sillons sur son front. Prenant une chaise, il s'y assit sans jamais quitter Varagwynn du regard.

« Nous savons toi et moi que tes paroles ne sauraient être vaines. Parle, qu'insinues-tu ? »

« Capitaine, mes sens ne me trompent jamais. Vous souhaitez outrepasser les décisions du conseil, faire vôtre la demeure du Voile. Ces... »

En un geste, vif et précis, la lame du pirate s'aventura près de sa gorge. Comme prévu, il lui faudrait être convaincant, et vite.

« Je partage ces idéaux, acceptez que ma main répande le sang de Cyne. »

« Toi ? Tu n'as jamais su te servir d'un cimeterre. Sa vue même te glaçait d'effroi. Comment pourrais-je te confier pareille t... »

Silence. Le piège s'était refermé, condamnant le parjure à la déchéance éternelle. Ce soir-là, Abdeon le comprit, se ruant près de ses missives, là où l'attendait une coupe pleine de vin. Il en vida le contenu, prêt à purger sa peine.

Grincement de porte. Le trésorier du Vent du Voile, Robern, s'avança, une rapière symbolisant la sentence appropriée.

« Par les pouvoirs qui me sont conférés, je t'ôterai la vie. »

Un sourire amer se peignit sur ses lèvres, que d'années perdues en l'espace d'une seule seconde !

« À quoi bon vivre si ce n'est pour servir cette chiffe molle ? »

Pour seul réponse, le bruit de l'acier. Froid, mortel. Le bras s'abattit, emportant avec lui le souffle de ce qui fut jadis, le vénérable capitaine Abdeon. Ressuyant son arme couverte de sang, le trésorier tourna sa tête en la direction de Varagwynn, impassible.

« La dépouille d'un scélérat ne t'effraie donc pas ? Qui aurait cru qu'il comploterait envers son ami de toujours... pas moi, en tout cas. Le doute, c'est ce qui - je crois - pousse tout dirigeant à la meilleure des initiatives. »

Sans qu'il ne le sache, les mots du trésorier résonnèrent en l'esprit du jeune homme. Se gravant profondément en lui, jusqu'à l'aube de son accession aux rennes.

La suite, tout le monde la connait. Varagwynn, surnommé l'homme d'albâtre, fut pris sous l'aile de Cyne. Ce dernier se convainquit du diamant brut qui luisait en sa possession. Patiemment, il lui inculqua les valeurs, les rudiments, la sagesse et les tâches qui incombent au Vent du Voile. Lors de sa disparition, il y a un an de cela, son disciple prit la tête des détrousseurs. Dévoué mais mutilé.




VARAGWYNN ※ Fondatrice
En cas de question ou problème, n'hésite pas à me MP ou à poster ici !